Le projet BHF

Le projet de mise en ligne et ses partenaires
 
Grâce à la coopération avec PSL depuis 2015 et au soutien de la direction de l’InSHS du CNRS, la Bibliographie de l’histoire de France, rattachée à l'Institut d'histoire moderne et contemporaine, possède enfin un site autonome accessible à la communauté des historiens. Les notices sont visibles également sur le portail Explore de PSL. L’accès en est gratuit.

Le site accueille la bibliographie courante, réalisée sur un nouvel outil de saisie rendu opérationnel depuis janvier 2017. L'équipe est basée à la BnF où, au sein du département PHS, elle s'est réinsérée dans les circuits d'arrivées du dépôt légal. Le travail se base sur le dépouillement d'un nombre important de revues françaises et étangères (en ligne ou non) qui enrichit régulièrement la base  de nouvelles notices. On y trouve aussi des suppléments des années antérieures, en raison du délai de parution de certaines revues mais aussi du recensement des comptes rendus.

La mise en ligne des volumes papier (1953 à 2012) se fera progressivement. Seuls, pour l’instant, les trois volumes des années 2006, 2007 et 2008 de la collection (et les suppléments des années antérieures) sont disponibles en ligne.

Modifications apportées depuis le passage vers le numérique
  • La période couverte par les dépouillements, dont le terme était de 1958, court désormais jusqu’en 1995 (fin du second mandat de Mitterrand).
  • La présentation thématique en neuf grandes rubriques, datée historiographiquement et devenue obsolète, est remplacée par un thésaurus thématique aligné sur Rameau, mais pas seulement : un nombre non négligeable d’entrées thématiques sont propres à la BHF.
  • Les index sont complètement remodelés. Dans l’univers de la toile, ils restent la valeur ajoutée de la bibliographie.
Pour répondre aux standards internationaux, les données bibliographiques sont enrichies de la manière suivante :
  • Les auteurs possèdent désormais une « étiquette » selon qu’ils signent comme auteur principal, préfacier, traducteur, directeur de colloque etc.
  • Les auteurs, personnes citées et organismes sont pourvus de leurs identifiants internationaux (Idref, Viaf, BnF ou Isni)
  • Les livres et les revues sont pourvus de leurs identifiants ISBN ou ISSN.
  • Les lieux possèdent des identifiants (Geonames) permettant d’activer la géolocalisation.
  • L’accès au texte est rendu possible grâce à l’insertion des DOI ou URL permettant le renvoi vers le texte en ligne : ceci concerne encore essentiellement des articles de revues en ligne, qui ne sont à ce jour que 44 % de l’ensemble des revues dépouillées, les comptes rendus d’ouvrages signalés par ces mêmes revues, quelques thèses et les sites d’histoire. La très grande majorité des monographies, des ouvrages collectifs (et de leurs contributions) et des thèses n’existe toujours que sur papier. La nécessité du signalement bibliographique garde donc toute son utilité.
 
L’outil répond aux exigences du web sémantique. Un nombre substantiel de liens permet de naviguer aisément dans la base, les approches statistiques sont possibles et les possibilités de recherche démultipliées.